Consulter un médecin à New York

Cet article aurait pu s’intituler « de l’importance d’avoir une assurance adaptée aux USA ».

Dans la catégorie “les joies de la vie d’expatrié”, entre les boulots miteux et les arnaques aux appartements, tu peux aussi tomber malade. Joie. Tu veux savoir comment l’Oncle Sam traite l’humain souffreteux et pas très bienassuré sur ses terres? (Spoiler alert: pas toujours bien!) Suis-moi c’est par là:

  • L’option “c’est pour une urgence” (avec l’offre “assurance internationale” de mon assurance Suisse)

Posons le décor: brunch time, ta serviteuse s’évanouit entre les buildings et c’est chancelante qu’un taxi me dépose devant une permanence d’urgence. Là, une employée antipathique (et pas bien dégourdie) me toise des pieds à la tête en me demandant ma carte d’assurance. Elle la regarde, elle me regarde (toujours mourante, mais toujours debout, la préposée a l’accueil n’ayant pas jugé utile de me proposer un siège) et me répond qu’elle ne prend pas les assurances étrangères. J’ai donc deux choix: tenter une autre permanence (!) ou un hôpital, en priant très fort pour qu’ils m’acceptent, ou payer $150 cash pour voir un médecin, puis payer un supplément pour chaque geste médical qu’il effectuera. Et attendre 45 min car la salle d’attente est pleine à craquer (de gens qui ont le nez qui coule, mais qui sont arrivés avant et donc prioritaires. Paye ton efficacité.)

Moralité: Assure-toi de manière adéquate. Si l’assurance peut aussi avoir une permanence H24, pour s’expliquer avec madame Sourire pendant que tu décèdes en salle d’attente c’est jackpot!

  • L’option “c’est pas trop urgent, mais un peu quand même” (toujours avec l’offre “assurance internationale” de mon assurance Suisse)

Suite à cet épisode, je me rend dans un l’hôpital, hors urgences. Ils veulent bien que je voie un médecin, mais je dois d’abord fournir un document (en anglais!) attestant que mon assurance couvrira les frais. Ces derniers (contactés un jour de semaine entre 9h et 16h) m’annoncent que la réception dudit papier prendra environ 30 jours (par e-mail).

  • L’option “c’est pas trop urgent, mais un peu quand même #2” (avec un compte en banque fourni, mon assurance étant donc, complètement inutile à ce stade de l’histoire.)

Je décide d’opter pour la solution bonus numéro 2: payer moi-même et demander un remboursement.
Mathematics 101 : 2 rdv de contrôle + 1 intervention ambulatoire + 1 consultation post-intervention + 1 prescription d’un médicament non remboursé (!): 8000 dollars.

Moralité 1: regarde les modalités avant de signer n’importe quoi pour être sûr que l’assurance remboursera, ou traite avec une assurance spécialisée pour l’étranger.

Moralité 2: l’américain est souvent effrayé / démuni / incompétent face à l’inconnu, il est donc judicieux d’avoir une assurance qui peut répondre à tes coups de fils à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Ce que l’histoire ci-dessus ne dit pas, c’est que ma fameuse assurance Suisse a refusé dans un premier temps de me rembourser les $8000 (ça leur a pris plus de 3 mois et une dizaine de coups de fils / courriers). Ce qui nous apprend deux choses :

  • Que les soins médicaux aux USA sont hors de prix, et qu’il est donc impératif de s’assurer (oui, même toi là-bas, qui n’a pas eu une grippe depuis 1994 !)
  • Que quitte à le faire, autant le faire bien. Avec une assurance spécialisée dans les voyages / expatriations à l’étranger.

J’ai désormais l’opportunité d’être assurée via mon employeur aux USA, mais cet imbroglio administratif m’a fait réaliser qu’en cas d’expatriation, mieux valait partir préparé(e) et ne pas faire confiance aveuglément au mec de ton assurance locale qui s’occupe de 2 cas internationaux par an. J’ai donc fait mes petites recherches, qui m’ont amenées à rencontrer Carlos, dEuropUSA. Ils sont spécialisés dans les assurances voyages et expatriés, et proposent des couvertures très intéressantes à des prix compétitifs. (J’ai essayé de leur poser des questions ultra spécifiques, histoire de tester leurs connaissances et leur professionnalisme – j’ai bossé pour une assurance maladie, je connais les ficelles – et ils savent de quoi ils parlent!)

Ça marche quel que soit ton pays d’origine et celui de destination (même pour nous les Suisses, oui oui !) Pas de franchise, 10 à 15 jours de délai de remboursement, et une équipe dispo H24 pour toutes question ou assistance. (Et là je dis “amen”!)

J’aurais bien aimé les connaître avant de payer l’équivalent de 4 semaines au soleil au système de santé Etats-Uniens. (Pour m’entendre dire que tout va bien !)

Et toi, des anecdotes médicales à partager ?

25 Responses

  1. Mon frère qui est en Floride a dû se faire enlever en urgence une dent de sagesse : 1000 dollars.
    Il ne s’en remet toujours pas.
    J’imagine en cas d’un gros soucis de santé !
    Bonne journée, bises.

    1. C’est vraiment impressionnant ces frais médicaux! J’ai toujours eu l’habitude d’être (bien) assurée, vu que l’assurance maladie est obligatoire en Suisse et venant d’une famille avec un background médical / pharmaceutique, on a toujours été assurés pour un tas de trucs. Mais je n’ai mesuré la nécessité du truc que 2 fois: à la réception d’une facture d’un mois de soins intensifs en Suisse (passé 100’000 CHF) et depuis que je suis ici. Le moindre geste médical est hors de prix,c’est complètement hallucinant!
      Quant à ton frère, je pense qu’il le sait, mais il doit pouvoir déduire une (bonne) partie de ses frais dentaires en remplissant ses impôts… qu’il devrait très probablement remplir dans ces prochaines semaines 🙂 Bises Carole!

  2. Je découvre ton blog (et ton humour très plaisant) grâce à ton p’tit commentaire sur le mien.
    En te lisant, on se dit qu’on est vraiment bien pris en charge en France au niveau médical même si, en bons français, on critique toujours.
    Bises de France

    1. Je n’avais jamais réalisé ce “luxe”, en tant que Suisse bien habituée, je trouvais ça “normal”. Après avoir sorti les $8K et avoir du batailler pour les récupérer, j’ai un peu changé de vision 😉 Bises

  3. C’est vraiment le parcours du combattante! Il vaut mieux avoir une santé de fer ou la méga assurance que te couvre vraiment de tout! Bon courage avec la neige, par ici, c’est journée printanière 😉 Bisous

    1. Oh oui, ce serait mieux sans soucis de santé 😉 A défaut, une (très) bonne assurance est toujours utile! Profite du printemps par chez toi, ici on se les caille toujours!… Et pas qu’un peu!

  4. coucou Amy
    ohh j’en sais un bout pour etre passee par la ! j’ai ete une fois aux urgence j’ai eu un malaise on a appelé l’ambulance a 3h du mat ils m’ont dirige dans l’hopital le plus chic le plus cher aussi sans me demander mon avis on a recu des factures des mois et des mois pour tout et n’importe quoi ! je suis reste 1 h en observation entre analyses et radio mais j’ai paye cher sans qu’on ne diagnostic rien une seconde pour le meme malaise mon mari me demande si on appelle les urgence j’ai a peine pu repondre avec le doigt non garde l’argent hahaha plus d’urgence plus jamais c’est fou tout est cher
    grosse bise

    1. Deux choses me choquent à la lecture de ton commentaire: déjà je ne comprends pas comment dans nos pays civilisés, les hôpitaux publics – donc dans lesquels justement tu arrives en ambulance, ou même par tes propres moyens mais pour des urgences – comment donc ces hôpitaux peuvent pratiquer des prix différents les uns des autres. Ensuite, le fait que l’ambulance t’amène directement dans un de ces établissements les plus chers…. Je ne sais pas à quel point tu étais souffrante, mais si tu n’es pas à l’article de la mort, mieux vaut emmener les gens des établissements publics et pas ruineux!

      Et puis je ne sais pas dans quel pays ça s’est passé, mais en tout cas les médecins aux Etats Unis aiment bien faire des tonnes de tests, à l’utilité discutable parfois, et souvent sans te demander ton avis….. avec une jolie facture salée à la fin…. qui arrive, comme tu le dis, parfois des mois après!

      Moralité, mieux vaut pas être malade! (Ou faire comme tu le fais, et ne pas paniquer et se rendre aux urgences par tes propres moyens!) J’espère en tout cas que tes soucis de santé sont réglés! Bises et merci de ta fidélité par ici! Bises,
      Amy

    1. Oui c’est sûr! En tant que Suisses on est très sensibles à une bonne assurance mais il est vrai qu’en partant à l’étranger, surtout en étant en bonne santé, on ne pense pas forcément à se renseigner suffisamment!

  5. Wow c’est dingue. Je sais que les frais médicaux sont extrêmement chers aux USA mais ça m’étonne à chaque fois. Imagine les femmes qui doivent accoucher sans assurance… Triste réalité.
    J’ai la chance de vivre en République Tchèque où l’assurance est payée via mon boulot (pas de tracas administratifs et en plus, c’est pas trop cher). Lorsqu’on va chez le médecin, on ne doit rien payer (excepté des frais d’enregistrement de l’équivalent de quelques euros, parfois), c’est l’assurance et les médecins qui s’arrangent.
    Par contre, la difficulté est de trouver un médecin qui parle anglais et qui est en partenariat avec l’assurance… Mon vocabulaire tchèque se limitant à “pommes de terre” et “aubergine”, ça peut être compliqué mais pas impossible!

    1. Ahahha effectivement , le vocabulaire des légumes est toujours utile, mais pas forcément en cas de pépin de santé! 🙂 Le système américain d’assurance est plus ou moins similaire à celui que tu décris en République Tchèque, à savoir que tu peux t’assurer via ton employeur (pour autant que tu travailles à plein temps) pour pas trop trop cher. Après, la liste des médecins pris en charges et des prestations change de manière drastique d’une assurance à l’autre et certaines sont bien meilleures que d’autres! Le problème, en tout cas à New York, réside dans le fait qu’il faille un emploi à plein temps pour pouvoir prétendre à l’assurance, et que les petits boulots à temps partiels sont légions ici. (C’est la beauté de l’Amérique, pourquoi s’inspirer d’autres pays ou l’assurance fonctionne bien quand on peut fournir un service très moyen pour très cher!….) Merci de ton passage par ici et à bientôt,
      Amy

  6. Bonjour,
    Ouah ! en lisant cela refroidit un peu pour s’expatrier aux States !
    Merci pour tous ces conseils AMY ! “Qui va piano ,va sano” selon le proverbe : bien se renseigner et se “couvrir” (désolée pour le jeu de mots ) avant de partir!
    Martine42

Répondre à Carole Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top