Expat life #8 |Dark side of the force expatriation

Only a few days from our first visit back home for the holidays and because my stupid title is perfectly topical (I’m sooo good with timing!) I decided to publish this article that was in my drafts folder for months!
central park switzerland live big appleQuite often, I receive messages from friends or family members that enthrall themselves about how lucky we are to live in New York. Far be it from me to say that is not an amazing thing, but everything is not a bed of roses! Crazy people, weird habits or simple cultural differences, today I tell you about the dark side of the force expatriation, which you can’t see at first, but the one that makes you think about home with nostalgia. Follow me, c’est par ici:


Welcome in the city that never sleeps, and very soon, you won’t, neither! Hysterical cabs, ambulance, firefighters with loud siren and crazy horns, helicopters, after work parties, crazy guy on the street: it NEVER stops. Even during the night. Especially during the night.

Anything you want to do in this city will cost you either a kidney, or will force you to mortgage your home for 10 years. Renting an apartment is extremely expensive (the why is here), a cocktail will cost you at least $15 and everything is about small expenses. A froyo in the afternoon, a girls night out in the night, and you’ll be broke by the 12 of the month.

The paperwork is terribly complicated. As everywhere else, you’re right. But for us, French speaking native, the English used by the administration is quite complicated and the US have their little specifics tricks. (Be sure that the info on our I-94 are matching the passport, understanding that we need to put 0 allowances in the W-4 (after understanding that we must fill a W-4 🙂 ) and be sure to get what  deductible and OOP are, before signing up for an insurance.

A lot of procedures demonstrate a huge lack of good sense. Did you book a restaurant for 8pm? No one will let you go in 15 minutes before, even if the place is completely empty. You need to follow a procedure? Good luck to you if you want to change a part of it, even if there is an easier solution right in front of you!new york dark side of the force cotés obscurs expatriation vivre grande pomme expatriés suissesThe temperature in the store are around 65° Fahrenheit, as my neighbor’s apartment is. Obviously, it’s a difference of culture!

You never know how much you are going to pay: prices are written without taxes, nor tip, if it’s a service. Whatever price is indicated, you will pay more, but never the same price! Good luck to handle a budget with that!

Every inch of The City is crowded. At any time. The misanthropic side of myself LOVES it! At the restaurant? You’ll be queuing. To get into the subway? You’ll be queuing. (Update: I even queue to use the bathroom at work. True story!)

The subway is hell’s anteroom: during summer, you’ll die of heat in these sauna-style and stinky halls, filled with rats and cockroaches before entering a 65°F train. During winter, the stairs are slippery, the trains are dirty and it’s as cold inside as it is outside.

At the end of the day, there is a pile of garbage on the sidewalk. If you’re lucky, everything will be magically gone by the end of the night. If you are less lucky, the magical effect will turn in a nightmare, in which a lot of loud garbage truck come and go under your windows. If you’re not lucky at all, no one will take care of those piles, and it will stagnate in front of your building for at least 2 to 3 days. During summer. When it’s 100°F. Knowing that no one in that city has a compost. Want to talk about the odor?

The lack of politeness and / or manners of… a lot of people, actually. Obnoxious salespersons, stupid people letting the door go into your face when you’re walking just a feet behind them or crazy drivers who try to squash you when you cross the road.

And all the tiny tiny cultural differences that can be pointless at first, but kind of annoying after a few months: the toilet paper is so thin that you need to unroll the entire thing, same thing for tissues. The loss of your visual habits in stores: the color codes are completely different, the packaging that you need to study carefully before buying anything, the very personnal sense of punctuality, the impossibility to get a precise answer or the fact that you always need to ask 10 times to get something. The lack of things or the fact that some others are terribly expensive or hard to find (kiri cheese, gruyere cheese, crème fraiche) (do you feel the dairy-obsession of the Swiss girl?)central park switzerland live big appleAnd often, while walking down the streets, after yelling at a loud and crazy cab that almost killed you, and forced you to climb a pile of garbage when 100°F outside with your bags full of gruyere cheese costing $30 a pound, while your throat is still sore from the thermic choc between the store and the street, you suddenly see the Chrysler Building lighting. And at this precise moment, you realize that nothing is that bad and living in New York is kind of awesome!*

(*mantra that I need to tell myselft repeatedly when filling my I-9**)

(**I did not get what a I-9 is***)

(** but I filled it anyway!)

Next time, I’ll tell you a bunch of things not to say to an expat’!

See ya’!central park switzerland live big apple central park switzerland live big apple

27 Responses

  1. Les poubelles, le métro dégueulasse et le bruit, on a ça aussi a Marseille (Mais on a pas le Chrysler Building par contre!!)
    C’est un chouette article en tout cas, 100% vrai et sincère qui permet d’avoir un regard un peu moins bisounours sur cette expérience ! Des bisous

    1. Aahah merci Cynthia! Je le répète mais je ne crache vraiment pas dans la soupe, j’adore vivre à New York, et je n’échangerai pas cette chance! Mais il est parfois difficile de vivre dans une ville qui fait tant rêver, parce que dans la tête des gens tout doit y être parfait. Alors je voulais apporter un point de vue un peu moins “série TV” 🙂 Bises,
      Amy

    1. Je suis ravie si j’ai pu te faire rire, mon but est atteint! Quant à ton doux rêve, il ne faut jamais dire “jamais” (si on m’avait dit il y a deux ans que je vivrai et travaillerai ici, j’aurai bien ri!) Bises et à très bientôt,
      Amy

  2. super article , très agréable à lire , dynamique , vivant , j’avais l’impression d’être une petite camera accrochée à ton épaule ( un peu bizarre comme image ) , j’étais complètement plongé dans dans ton histoire et la description que tu en faisais 🙂
    Merci pour ce partage , car je trouve ça pas mal de voir la face cachée des ces endroits que l’on peu parfois idéaliser ( bien que mon rêvé de partir un jour a New York est toujours d’actualité 😉 ) .

    1. Et je t’encourage à 100% à vivre ce rêve.. C’est une ville merveilleuse et passionnante, mais il y a toujours un revers à la médaille! Merci pour ces super compliments et à bientôt!

      Amy

  3. Ha ha relire cet article me fait chaud au coeur… Ça rend vivants des souvenirs bien éloignés. Merci!
    Je suis en phase avec toi pour tout sauf la politesse. Les américains ne sont pas tres galants mais en dehors de ça c’est tellement mieux qu’en France (par exemple. Je n’ose imaginer la Suisse tiens!)…
    Et cette bonne remarque de “je lève les yeux et woo y a quand même le Chrysler building il est beau quand même Alala c quand même génial ma vie j’habite New York” (j’ai enlevé quelques jurons dans le texte pour faire plus suisse du coup)… #murrayhillforever

    1. Cyrielllllle!!! Je pense que c’est le changement entre la Suisse et les USA 😛 Plus sérieusement, je viens d’un coin si paumé en Suisse que les gens y sont encore relativement respectueux, c’est peut être ça?! En tout cas, tu peux jurer, on n’est plus à ça près. Bordel de merde. 🙂 Bises,
      Amy

    1. Merci mille fois Cécile, ton petit mot me va droit au coeur! L’avantage est que j’ai appris à profiter pleinement des morceaux de gruyères dans lesquels j’investis (oui, à ce stade je parle d’investissement 😉 )

  4. Coucou Amy,

    Super article, il m’a fait rire.

    Comme je te comprends !! Je ressens la même chose que toi mais à Paris. C’est pas aussi loin de la Suisse que New York mais pourtant je me retrouve dans quasi tous les points que tu as évoqué.

    Tu sais, je me souviens de ma mère qui me disait quand j’étais petite “va jamais vivre à l’étranger, c’est tellement le bordel, il te faut des jours pour avoir un papier”. Ahh qu’elle avait raison !

    Je crois que c’est difficile quand on est né en Suisse de bien s’acclimater dans un autre pays. Même si notre pays n’est pas parfait, la vie est quand même un peu plus simple qu’ailleurs et tout est assez bien organisé. C’est pas pour rien qu’on dit réglé comme un coucou suisse 🙂

    Je rentre aussi en Suisse dans quelques jours et qu’est-ce que je me réjouis 🙂

    Je te souhaite un bon retour pour les vacances et passe de belles fêtes.
    A bientôt !

    1. Hello Melody,
      Ton message me fais plaisir et il rejoint complètement mon point de vue! Je pense qu’en tant que Suisses on a été mal habitués, car finalement les gens sont globalement assez sympa, et même si j’ai passé les derniers 28 ans à me plaindre de l’administratif, c’était finalement pas si mal! Du positif et du négatif dans l’expérience de s’expatrier 🙂 Je rentre aussi pour les fêtes (je te réponds d’ailleurs en direct de l’aéroport!), et je ne pensais pas autant me réjouir, mais je suis excitée comme une puce, je ne tiens plus en place! Passe de très bonnes fêtes, bises,
      Amy

  5. Pour moi qui ait toujours vécu en France, ta vision de la vie d’expat est très intéressante. J’aime beaucoup ton style et j’ai vraiment eu plaisir à lire ton article ! Je n’ai pas trouvé ta recette du banana bread, j’étais curieuse de la connaître. Peut-être pour un prochain article… Bon we, Laurence

    1. Merci pour ton commentaire et pour ces jolis compliments! La recette de banana bread est en préparation (ma procrastination me tueras 😉 ) Je te ferai un petit signe quand elle sera publiée! Merci pour ta visite et à bientôt!
      Amy

    1. Et c’est ce qui m’a attiré en lisant ton blog, il y a pas mal de temps déjà (ça et ta plume incroyable!) Je partage le sentiment de dépit, qui, parfois, t’habites quand tu entends pour la 15e fois “mais c’est pas si grave, tu habites à New Yoooork”! (Et ma main dans ta gueule, elle aura un goût différent parce que je vis à NY!) Je te souhaite de belle fête et à très bientôt! Bises,
      Amy

  6. Je crois que le pire c’est en effet le bruit la nuit (même en habitant dans une petite rue il y a toujours plein d’ambulances!!) mais surtout la nourriture 😩 Qu’est ce que je voudrais une raclette… Si d’ailleurs quelqu’un connaît une vraie bonne adresse à NY. Je suis prête à casser mon PEL 😅 Mais comme tu dis, on lève les yeux et là on voit tous ces gratte ciel et c’est toujours magique!

    1. Tu as essayé Murray Cheese?? Alors effectivement il va probablement te falloir vendre un rein, mais leur sélection de fromage est à se damner!! Quand au bruit, je me suis faite relativement bien aux ambulances, c’est plutôt le voisin du dessus à 2h du mat qui à tendance à me faire tourner en bourrique 😉

  7. Pas mal du tout ce blog! En tant que “voisin” dans la même ville, je me retrouve dans certains faits, même si moi non plus, je ne crache pas dans la soupe. Le style est très plaisant en tout cas donc bon courage pour la suite, on attend les prochains articles avec impatience !

  8. Ton blog est passionnant et j’adore ta manière d’écrire !

    J’ai moi aussi changé de pays, mais j’ai fais beaucoup moins loins que toi (de la France à la Belgique), mais je te comprends à propos des déclarations (déjà en Français c’est compliqué, mais en ANGLAIS 😮 😮 comment tu fais ??), et il y a teeeeeeeeeellement de procédures administratives super chiantes à faire –”
    En tout cas je vais continuer de lira ça 🙂

    Des bisous

    1. Merci mille fois pour ta visite ‘et ton gentil message Catherine! Effectivement, c’est la galère quelle que soit la langue!! On pose pas mal de questions (et on finit souvent par Google parce que les gens ici ne savent souvent pas trop ce qui se trame) et sinon on fait quelques conneries, aussi, parfois. Par exemple, quand on a emménagé, on s’attendait à ce que l’électricité soit comprise dans le prix ou alors à ce que la gérance nous annonce eux-même à la compagnie électrique (comme cela se fait en Suisse!) Ce n’est que 3 mois plus tard que nous avons compris que c’était à nous de leur annoncer notre emménagement!…. Voilà, voilà.

  9. J’adore ton blog moitié recettes moitié récits plus personnels.
    En tant que Française, je n’ai AUCUN doute sur le fait que j’aurais beaucoup de mal à m’expatrier, essentiellement pour la nourriture qui me manquerait trop.
    Mais en grandissant et perdant mon côté casanier, je rêve d’essayer, avec mon chéri pour avoir quand même UN repère, mais pas pour toute la vie, pour un an ou deux…
    Qui vivra verra!
    Bonne journée
    Alison

  10. Hello Alison! Effectivement, la nourriture est un point relativement délicat, mais c’est gérable (dit-elle après avoir pris 3-4 kg en 9 jours en Suisse, essentiellement en fromage!) 😉

  11. J’adore tes photos, elles sont très lumineuse, c’est agréable. Je ne suis vraiment pas attirée par New York mais je dois avouer que tu me donne envie d’y jeter tout de même un œil 😉
    Bises
    Ara

Leave a Reply to Laurie Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top