Le rapport à la nourriture dans ce pays est pour moi une source intarissable d’étonnement. Et je pèse mes mots. Spécialement dans cette ville où le niveau de cuisine du quidam moyen se situe à mi chemin entre décider si on préfère des brocolis ou du bok choi pour la livraison de son dîner à domicile, et acheter de la pastèque pré-découpée dans un conteneur en plastique.

J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises:

  • les indispensables cuisine [1] [2] [3]
  • les indispensables nourriture [1]

Et comme le sujet ne semble pas connaitre de fin, j’en remet une couche ici!
(note: cet article aurait pu s’appeler “et un couteau sinon?”)


L’outil pour couper les pieds des choux de bruxelles.
(Et les couteaux, sinon?)


Un énième outil pour l’avocat
(Je saisis pas tout à fait la différence d’avec celui-là pour être tout à fait honnête.)


 

Un vide poivron.
(vraiment?)


 

Le tranche-pêche, celui qui retire le noyau par la même occasion
(Et comme ici, le genre de truc qui fonctionne probablement avec un fruit sur 10….)


 

Un outil pour couper les sommités du chou-fleur.
(Je suis sans voix.)


 

Une boite pour faire les omelettes au micro-onde.
(Oú est l’emoji qui vomit?)


 

Le mystère de cet article. Je crois qu’il y avait une histoire d’œufs.
(Si quelqu’un sait ce que c’est, qu’il se manifeste!)


 

 

L’indispensable outil pour les oeufs au plat bien ronds.
(Parce que personne ici e mangerait un œuf au plat qui n’a pas l’air sorti de l’Aile ou la Cuisse)


 

Et après l’omelette au micro-onde, le récipient pour les œufs brouillés. Toujours au micro-onde.
(🤢 – oh, le voilà!)


 

Une toute petite râpe.
(Pour les tout petits morceaux de fromage?)

 

Mais la question principale subsiste: pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top